• Quand on parle de regrouper les budgets, regrouper les achats, à la base c’est pour pouvoir négocier plus en quantité mais avec la même qualité et non pas plus en quantité avec moins de qualité.

    Pour les fournitures scolaires où des économies de 20 000€ ont été réalisées cela ne semble pas avoir été le cas.

    D’autant plus qu’avant le regroupement des communes la dotation par enfant de la commune ou pas était de 50€ à Marnand et qu’aujourd’hui, elle est de 35€ pour tous les écoliers de la commune nouvelle uniquement.

    C’est le même principe que pour les impôts locaux ou la dette, tout est lissé sur les 5 communes déléguées.

    A plusieurs reprises, dans l’émission sur RVR et lors de la présentation des vœux, M. Mercier a vanté les bienfaits de la mutualisation affirmant le succès qu’en regroupant les achats, de fortes économies de gestion avaient été faite sur le matériel.

    Par contre rien sur la mutualisation des employés municipaux et de leur devenir. Dans l’objectif là aussi de faire des économies sur le budget de fonctionnement, le remplacement du personnel partant à la retraite est-il prévu poste par poste ou l’idée de remplacer 1 employé sur 2 sera-t-elle appliquée ?

    En effet, penser ou faire croire qu’en regroupant les 5 communes, il suffit d’additionner le travail à faire dans chaque commune et pour y répondre d’additionner le personnel est FAUX.

    Regrouper 5 communes c’est multiplier de façon exponentielle le travail à réaliser en terme de gestion administrative par le personnel du secrétariat, la gestion de l’entretien par les cantonniers…

    Le regroupement des communes a-t-il été pensé et évaluée avec la mise en place de moyens humains supplémentaires comme cela a été le cas pour la police municipale qui intervient maintenant sur les 5 communes ?

    Toutes ces questions n’ont fait l’objet d’aucune déclaration ou interrogation des élus actuels alors que nous parlons là de conditions de travail d’hommes et de femmes qui gèrent au quotidien notre commune et nos communes déléguées.

    C’est pourquoi, pour notre collectif, il est essentiel de se préoccuper de leur charge de travail, de leur condition de travail et de leur avenir dans cette nouvelle organisation administrative et juridique.

    Nous nous engageons si, au terme de l’élection municipale nous sommes majoritaires à maintenir le nombre de poste actuel de personnel municipal et à étudier en fonction de la charge de travail les possibilités de création d’embauches.

    L’autre question que nous nous posons et que nous devons partager avec ce personnel, c’est comment ont-ils été consultés en tant que salariés sur ce regroupement car ils ont subis 2 fois cette décision anti démocratique sans être préparer à ce changement, d’abord en tant que salariés et ensuite en tant que citoyens.

    Ils ont dû gérer un double changement au niveau personnel et au niveau professionnel avec toute l’inquiétude que cela engendre.

    Quel choix ont-ils pu faire pour intervenir dans tel ou tel domaine ou service, à quel poste, dans quelle mairie ? A quelles habitudes de travail, à quelle autonomie dans le travail, à quelles collègues, à quelles relations avec les habitants ont-ils dû renoncer …

    Pour le collectif « vivre ensemble » le personnel municipal est la cheville ouvrière, le pilier, le ciment de ce qui constitue la mise en place de l’action municipale. Les oublier et ne pas les associer seraient une grave erreur et un manque de respect.







    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique